jeudi 10 juillet 2014

On s'y remet


Elles reviennent. 
Première apparition des petites maisons , puis .
Peut-être le début d'une longue série. Au boulot !


lundi 7 juillet 2014

Cévennes








1. La cascade de Runes,
2. la piscine pour nous seuls au VVF de Florac,
3. 4. 5. le sentier des Ménhirs au-dessus des Bondons (balade tout à fait faisable avec mômes en sac-à-dos même si tu donnes un peu de ta personne sur le dénivelé du retour),
6. no comment.

Et aussi Sainte-Enimie, les Gorges du Tarn, le Pont-de-Montvert, Ispagnac, le marché de Florac, la librairie "La Berlue ", les baignades en rivières vues sur Instagram, etc. Et plein d'autres choses encore à découvrir une prochaine fois !

Allez-y !!!

jeudi 12 juin 2014

Le chausson aux pommes géant


C'est l'histoire d'un gamin qui s'empiffre de compote à te faire rougir chez ta belle-soeur. Du coup, en faisant tes courses, tu achètes la même... enfin... sauf qu'il n'y a plus "pommes", alors tu prends "pommes-vanille", le même gros pot de 700 g. Tu te dis que ça doit être tout aussi bon voire meilleur avec un peu de vanille. Eh ben c'est raté, personne n'en mange. Ta prise d'initiative, la prochaine fois, tu te la garderas pour... les calendes grecques.

Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de tout ce machin sucré qui moisit dans mon frigo ?... 
J'ai trouvé ! Un machin encore plus sucré mais que les papa et maman mangeront avec délectation. Tant pis pour les enfants s'ils ne daignent pas y goûter malgré l'appellation "chausson aux pommes" et la mise de petites mains potelées à la pâte...

Oui, ce truc qui a une tête de Pacman* (faut pas traîner pour prendre une photo !) c'est un chausson aux pommes géant, enfin sans la pâte feuilletée, hum. Mais cette pâte-là c'est tellement une tuerie qu'il faut que je vous donne la recette précise. C'est simplement une pâte brisée sucrée mais elle s'effrite dans la bouche de façon divine.
Alors c'est pas du zéro lactose, zéro gluten (;-)) mais je pense qu'il faut privilégier le choix d'une bonne farine pour un bon rendu - basique. J'ai pris une farine de blé pâtissière au magasin bio, je trouve qu'elle est meilleure.

Je vous donne la recette texto, telle qu'elle est tirée du bouquin de poche "Les 200 meilleures recettes de bistrot" de Patricia Wells, pour un disque de pâte (sachant que j'en ai fait deux pour faire mon chausson et que j'ai donc doublé les proportions, si !) :
mettre 140 g (1 tasse) de farine, 105 g** de beurre doux, bien froid, coupé en morceaux, 2 cuillères à café de sucre (non raffiné pour moi) et 1/8 de cuillère à café (sic) de sel fin dans le bol mélangeur d'un robot ménager.

Je me rends compte en écrivant ce post que j'avais déjà donné cette recette faite avec les doigts (je constate par la même occasion que 1) je radote, 2) je voue un culte aux pâtes à tarte, même si j'en mange rarement hein). Bref tout ça pour dire que c'est bon aussi sans robot dans sa batterie de cuisine.

Mélanger au robot quelques secondes. Ça doit ressembler à une chapelure grossière (bon moi, vu la chaleur, ça faisait plutôt un gros pâté - encore une fois, c'est pas grave).
Ajouter 3 cuillères à soupe d'eau très froide et actionner le moteur par à-coups, juste pour amalgamer les ingrédients sans faire une boule compacte.
Cela donne un pâte très collante, je saupoudre de la farine, pétris à nouveau un peu à la main et forme une boule que je conserve enveloppée au frigo. Normalement, c'est au moins 1h, moi j'ai fait moins.
J'ai abaissé mes disques de pâte, étalé la compote victime de son succès, refermé mon chausson et enfourné dans le four préchauffé à 190°C environ 40 min (cuisson à surveiller).

On déguste ce gâteau froid, ça fond mais en même temps il y a un côté sableux, mmmh, tant pis pour les enfants !

Et pour la belle cuisine des restes, écouter ça.



Je vous laisse en compagnie de mes pourpiers (?), dont j'ai un tant soi peu essayé de capturer la couleur intense qui me ravit chaque jour, à défaut de jardiner même le dimanche.


____________________
* Je suis née en 80.
** Je pense que les quantités sont aussi précises car c'est une traduction d'équivalences anglaises (moi je suis plutôt quelqu'un de pas très précis en cuisine).

mercredi 11 juin 2014

Petit encas



Petite, j'aimais beaucoup le müesli. En fait, ce que je préférais dedans c'était les flocons d'avoine et les raisins secs. Alors il m'arrive de me faire plaisir avec ce petit encas quand je ne fais pas de vrai repas, ce que j'essaie d'éviter en général.

C'est un sympathique amalgame de flocons d'avoine et raisins secs humidifiés par de l'eau tiède dans laquelle j'ai préalablement dilué une cuillère de purée d'amandes complètes. J'ajoute souvent des graines de lin et de sésame moulues mais ça c'est la déformation "miam-ô-fruits".

Je me régale.

lundi 9 juin 2014

Petit,


certains te blesseront.


Fais pousser des fleurs.
                                                                                    ^
                                                                                < o >
                                                                                  /v
                                                                                /
                                                                            </
                                                                             />
                                                                           /

mercredi 21 mai 2014

En vrac


Ça fait longtemps que mes rideaux ne se sont pas pavanés ici. Ceux-là, je les avais taillés dans un tissu opaque qui m'avait servi pour bricoler un studio de fortune. Ils ont bien rempli leur fonction dans notre chambre parisienne sans volet. Aujourd'hui, ils ont atterri dans celle de Pierre.


Sauf qu'on est passé de "Bonne nuit la famille hiboux !" à "J'ai peur des hiboux...".


J'aime bien regarder le dessin formé au dos par le point zigzag.

*



Mon agenda (ne me remerciez pas).

*

J'y songeais depuis un moment. Depuis que je me suis remise de ma grosse fatigue. Depuis qu'ici je ne marche même plus au quotidien, à défaut de "faire du sport", rapport à cette foutue bagnole - on passe son temps à circuler d'un siège à un autre. Depuis que mon mode de vie a coupé court à mes velléités d'aller nager le soir. Il manquait juste le petit déclic. Et je suis allée courir.
J'ai médité sur nos ancêtres (et je ne sais plus quel peuple africain qui le fait encore) qui pouvaient courir toute une journée pour épuiser un félin et le cueillir (c'est une histoire d'inégalité de sudation entre eux et nous...).
C'est une banalité de dire que ça m'a fait du bien et que ça doit entrer dans mes moeurs.

*

A propos de moeurs, quand France Culture parle de méditation orgasmique, on se dit d'abord c'est quoi ce business new age carrément limite ? Et on écoute les témoignages et on se surprend à se dire pourquoi pas après tout.
(ah ces américains...)
(ahlala ce corps, cet autre dont on ne sait ici que faire...)